Pierre-Auguste Renoir

Limoges, 1841

Pierre-Auguste Renoir

Pierre-Auguste Renoir dit Auguste Renoir, né à Limoges le 25 février 1841 et mort au domaine de Collettes à Cagnes-sur-Mer le 3 décembre 1919, est l’un des plus célèbres peintres français.

Membre à part entière du groupe impressionniste, il évolue dans les années 1880 vers un style plus réaliste sous l’influence de Raphaël. Il fut peintre de nus, de portraits, paysages, marines, natures mortes et scènes de genre, pastelliste, graveur, lithographe, sculpteur et dessinateur.

Peintre figuratif plus intéressé par la peinture de portraits et le nu féminin que par celle des paysages, il a élaboré une façon de peindre originale, qui transcende ses premières influences (Fragonard, Courbet, Monet, puis la fresque italienne).

Pendant environ soixante ans, le peintre estime avoir réalisé à peu près quatre mille tableaux.

Ayant abandonné le paysage impressionniste au bénéfice de la représentation de l’être humain, il place la gaieté au cœur de ses toiles marquées par les conséquences du progrès sur la société, par la mise en scène du quotidien joyeux dans un cadre urbain ou bucolique, intime ou populaire, ce qui lui vaut le surnom de « peintre du bonheur ».

Il subsiste sur la peinture d’Auguste Renoir un perpétuel malentendu. Elle passe aujourd’hui pour la quintessence du « bon goût bourgeois », à l’instar de ces « peintres décoratifs » et ces « peintres de dames » réalisant des tableaux complaisants et stéréotypés, Renoir n’ayant pas toujours su éviter ce piège pour assurer sa subsistance. Citée en exemple, sa peinture illustre l’idée que le commun des mortels se fait de la beauté en art, ses toiles abordant des sujets simples ayant trait à la vie quotidienne, ses nus qu’il traite d’une manière opulente et sensuelle dégagent une certaine plénitude. C’est oublier que cette peinture figurative jugée mièvre et réconfortante car évoquant la nostalgie d’un bonheur perdu et qu’on retrouve désormais dans les calendriers des postes ou les cartes postales (telle le Bal du moulin de la Galette), a été rejetée par le public et les critiques pendant plus de vingt ans.

Considérée par les collectionneurs de son temps comme inachevée, maladroite et bâclée, elle a par la suite été perçue comme totalement révolutionnaire car rompant avec les conventions de l’art officiel de l’époque. Cependant, le tournant opéré par Renoir vers 1890  lorsqu’il abandonne le plein air et renoue avec ses maîtres préférés, tels Jean-Honoré Fragonard, Raphaël ou François Boucher lui vaut d’être accusé de trahison par ses anciens compagnons impressionnistes qui lui reprochent de se sacrifier à la peinture officielle des héritiers de Jacques-Louis David. L’histoire de l’art considère pourtant que cette dernière période de Renoir marquée par un retour vers le classicisme a fortement inspiré une jeune génération d’artistes, tels que Picasso, Henri Matisse, Maurice Denis ou Pierre Bonnard.

Ici vous pouvez voir les œuvres de l'artiste qui font partie de la collection.