Pierre Bonnard

Fontenay-aux-Roses, 1867

Pierre Bonnard

Pierre Bonnard, né le 3 octobre 1867 et mort le 23 janvier 1947 au Cannet (Alpes-Maritimes), est un peintre, graveur, illustrateur et sculpteur français.

Dans sa jeunesse, Pierre Bonnard montre un intérêt pour les lettres, le latin, le grec, la philosophie, ainsi que pour le dessin et la couleur. En 1885, après avoir obtenu son baccalauréat, il entre en faculté de droit. Il obtient sa licence en 1888. Il suit en même temps les cours de l’Académie Julian et est admis à l’École des beaux-arts de Paris, où il rencontre Édouard Vuillard, de qui il se rapproche. Il découvre les peintures de Paul Gauguin, Edgar Degas, Claude Monet et Paul Cézanne.

Pierre Bonnard adhère au groupe artistique des nabis, composé, entre autres, d’Édouard Vuillard, Maurice Denis et Félix Vallotton. Il est fortement influencé par les idées de Paul Gauguin et par la vogue du japonisme. Ce mouvement a également pour caractéristiques l’exaltation de la couleur, la simplification de la forme et la sublimation du quotidien, auquel les nabis confèrent un caractère atemporel.

Les nabis s’avèrent également novateurs dans le domaine des arts graphiques, en réalisant des albums d’estampes et des livres illustrés. Pierre Bonnard est le premier nabi à s’intéresser à l’affiche. Rejetant au départ le modelé de la peinture traditionnelle en faveur d’aplats de couleurs franches, cernés par une ligne évocatrice et élégante qui vise à l’effet décoratif, il trouve progressivement une voie toute personnelle, où il emploie pour peindre des sujets intimes, intérieurs, nus, fenêtres ouvertes sur jardin, des effets postimpressionistes servis par des palettes de couleurs légères et lumineuses, le tout soutenu par un sens très sûr de la composition et du dessin.

En 1893, est publiée Scène de famille, l’une des premières lithographies de Bonnard, dans la revue L’Estampe. Il illustre Le Petit Solfège et Petites scènes familières, les album musicaux de Claude Terrasse, son beau-frère. Après quoi, il réalise d’autres lithographies pour La Revue blanche, dont Parisiennes et La Femme au parapluie.

En 1897, Bonnard illustre de 18 dessins au pinceau un roman du Danois Peter Nansen, Marie, paru dans La Revue blanche. Il est alors remarqué par Ambroise Vollard et produit, sur sa demande, 109 lithographies pour un ouvrage de poésies libres de Paul Verlaine, Parallèlement. Il renouvelle l’expérience, toujours à la demande de Vollard, pour Daphnis et Chloé de Longus.

Au début des années 1990, Bonnard semble trouver sa voie dans un retour à un certain impressionnisme, introduisant le mystère dans l’apparence visible. Il représente de nombreux nus, auxquels il associe des motifs de son quotidien (jardin, fruits). L’étude de la femme à la toilette devient primordiale dans ces années du début du siècle.

En 1920, il réalise la scénographie de Jeux, sur une musique de Claude Debussy pour les Ballets suédois et Vaslav Nijinski.

Ici vous pouvez voir les œuvres de l'artiste qui font partie de la collection.