La terreur contre la Culture

La terreur contre la Culture

Jack Lang, ancien ministre de la culture et actuel président de l’Institut du monde arabe à Paris, réagissait, dans ‘Le Monde’ du 1er Mars 2015, à la vidéo mettant en scène les djihadistes de Daech saccageant au musée de Mossoul et sur le site de Ninive, en Irak, des statues et reliefs de pierre millénaires de l’ancien empire assyrien, dans ces termes: « On a affaire à des fanatiques qui ont pour ambition d’instaurer un ordre dictatorial et totalitaire: un seul chef, une seule philosophie. Tout le reste est impie, doit être massacré, dilapidé, détruit. Ils se sont mis à l’écart de l’humain, en adoptant une idéologie de destruction de l’humain. Leurs méthodes sont les mêmes que celles des nazis, qui s’attaquaient autant à la pensée qu’aux êtres humains eux-mêmes, avec les autodafés, les camps de concentration. Les nazis, c’est la suppression de toute pensée, hormis celle d’Hitler« . Et moi d’ajouter que la terreur qu’impose ou veut imposer l’EI représente aussi la suppression de toute pensée et de toute activité humaine libre, hormis celle des islamistes radicaux.

Et c’est aussi Jack Lang qui pour définir la situation, évoque l’autre axe du mal totalitaire du XXe siècle, le stalinisme: « Cette entreprise criminelle, totalitaire, lucrative, cynique, utilise le système terroriste qu’on a connu à différentes périodes de l’histoire -sous le régime stalinien, notamment-, pour mettre en scène, en ligne, les destructions d’œuvres d’art et les diffuser mondialement avec une véritable science médiatique. C’est un phénomène complètement nouveau. Elle cherche à terroriser le monde par des actes, des images, des comportements qui peuvent faire peur, jusqu’à la capitulation« . Et c’est exactement ça: nous faire capituler devant leur idéologie totalitaire moyennant la terreur. Et, peut-être, profiter de la valeur marchande de ces œuvres en participant au trafic international d’antiquités qui menace l’immense patrimoine culturel irakien depuis 2003 et le basculement du pays dans le chaos.

Mais ces images nous présentent-elles un acte isolé, ou bien sont-elles une preuve de plus d’un programme prémédité? À mon avis, la destruction des trésors du Musée de Mossoul et du site de Ninive est un nouveau témoignage de la guerre totale que le soi-disant ‘État islamique’ mène à la culture dans les territoires qu’il contrôle et administre. Ce front intérieur, visant à faire advenir un ordre nouveau, inspiré de l’âge d’or fantasmé des premières heures de l’islam, passe par l’éradication de tout témoignage d’un passé qui les aurait précédé.

Ils sont iconoclastes mais font aussi des autodafés de livres…Ainsi, par exemple, le 31 janvier dernier, l’agence Associated Press rapportait les témoignages anonymes d’habitants de Mossoul, devenue capitale de l’EI en juin 2014, selon lesquels les djihadistes auraient expurgé le fonds de la bibliothèque centrale et de la bibliothèque universitaire de volumes jugés non conformes à l’islam pour en brûler publiquement une partie. Les djihadistes auraient visé en particulier les livres de philosophie, de sciences et de poésie ainsi que les albums pour enfants…

Mais l’éducation n’a pas été épargnée non plus par le zèle répressif. En octobre 2014 l’EI a fermé par décret les collèges de sciences politiques et des beaux-arts, les départements d’éducation physique, d’hôtellerie, d’archéologie et de philosophie et a imposé de nouveaux examens obligatoires en matière d’éducation islamique.

Comment cerner les racines d’un mal si profond? Nous Occidentaux, malheureusement ne sommes pas bien placés pour rechercher les racines de ce mal, car on ne peut pas oublier que George Bush (avec le concours de MM. Blair et Aznar entre autres) enclencha la déstabilisation de l’Irak, et que cette destruction a été suivie par l’installation d’un gouvernement chiite intolérant et cruel, qui a mis à l’écart les sunnites. La situation actuelle est le résultat d’une addition du fanatisme islamiste et des erreurs de l’Occident. On ne peut pas imposer la démocratie sur un territoire par les armes, et l’histoire est pleine d’exemples que nous ne voulons pas comprendre.

En tout cas, j’espère que la terreur ne l’emportera pas définitivement sur la culture, que l’intolérance sera vaincue par la tolérance et l’ouverture d’esprit et que l’équilibre et la mesure l’emporteront sur le dogmatisme et la violence. J’espère, je veux espérer.

Etiquettes: Culture, Terreur

Pas de commentaires

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués avec:


Vous pouvez utiliser ces tags HTML et des attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>