Frontispice pour les poésies d’André Chenier

Auteur: Henri Fantin-Latour

Titre: Frontispice pour les poésies d’André Chenier

Époques: XXème Siècle

Rencontres: 1905

Tecnhique: Litographie

Dimensions: 23,4 x 18 cm

Inscription: GE-413

Henri Fantin-Latour

Grenoble, 1836

Ignace Henri Jean Théodore Fantin-Latour, connu comme Henri Fantin-Latour, né à Grenoble le 14 janvier 1836 et mort à Buré le 25 août 1904, est un peintre réaliste et intimiste, et lithographe français.

Il étudie avec son père Théodore Fantin-Latour (1805-1872), artiste, puis à l’École de dessin de Paris avec Louis-Alexandre Péron et Horace Lecoq de Boisbaudran. Il entre à l’École des beaux-arts en 1854, où il a pour condisciples Edgar Degas, Alphonse Legros et Jean-Charles Cazin.

Membre du groupe dit « de 1863 », puis du Cénacle des Batignolles d’où surgira l’Impressionnisme, il est un peu, remarquait Gustave Kahn, le chaînon qui unit les peintres d’aujourd’hui à la peinture romantique. En 1867, il fait également partie des 9 membres de la « Société japonaise du Jinglar » avec Carolus Duran et les céramistes Félix Bracquemond et Marc-Louis Solon, qui se réunissaient pour dîner à la japonaise.

Fantin rénove le portrait collectif avec de grands tableaux-manifestes : Hommage à Delacroix, 1864; Le Toast, hommage aux peintres réalistes, 1865, qu’il détruisit lui-même en ne conservant que les fragments de trois portraits ; L’Atelier des Batignolles, hommage à Manet,...

Voir note sur l'auteur: Henri Fantin-Latour